Saint Jean Baptiste, notre précurseur

vendredi 22 juin 2018
par  Alain Desmarest

« Celui auquel vous pensez, ce n’est pas moi ! ». Pour Jean baptiste, tout avait commencé dans le silence du désert, pour s’achever enfin dans un autre silence, le silence de l’effacement. S’il était né d’une femme pourtant réputée stérile, s’il avait parcouru, durant de longues années, les solitudes arides du désert, s’il avait proclamé un baptême de conversion aux foules qui étaient venues le rejoindre au bord du Jourdain, ce n’était pas pour lui-même, ce n’était pas de lui-même.

La vie de Jean, de sa naissance jusqu’à sa mort, était tout orientée vers la venue d’un Autre, elle ne pouvait prendre véritablement sens que dans cet Autre. JPEG - 4.6 ko

Dès sa naissance, l’enfant de Zacharie et d’Elisabeth s’était trouvé en effet marqué par le sceau d’une attente secrète, d’un profond mystère. « Que sera donc cet enfant, ». Les foules étaient venues, Jean avait réussi à les attirer dans les lieux les plus inhospitaliers, dans ces halliers du Jourdain où nul n’osait habituellement s’aventurer, par crainte des bandits. Là, il avait baptisé, sermonné, converti les plus durs des pécheurs. L’attente de Jean étaitdevenuecelle d’un peuple, puissante, profonde, invincible. Au cœur d’un monde vautré dans son péché, il avait faitrésonnerl’appel de Dieu. Jean avait rempli sa mission. Mais Dieu serait-il au rendez-vous ?

Les dernières paroles de Jean Baptiste rapportées par les Evangiles nous laissent pourtant perplexes. « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? ». Pour jean, il ne s’agissait pas seulement de s’informer de l’accomplissement d’une prophétie, de la réalisation d’une promesse. C’était sa vie elle-même qui était suspendue aux lèvres de cet Autre, à la venue de cet Autre. Sinon, ne pourrait-il dire à son tour, reprenant la plainte du prophète Isaïe : « je me suis fatigué pour rien, c’est pour le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces. » Au seuil de la mort, jean ne venait-il pas d’être dépouillé de sa propre attente ?

Le mystère de notre destin, de chacune de nos existences, ne se trouve -t-il pas comme résumé dans l’étonnante aventure du prophète Jean Baptiste, le Précurseur ? Le Précurseur de Jésus, certes, mais peut-être aussi le nôtre ? Ce passage d’un silence à un autre silence, d’un désert à un autre désert, d’une attente à une autre attente, n’est-il pas en effet le nôtre ?

Ce passage ne s’accompagne-t-il pas,pour nous aussi, de ce sentiment d’avoir travaillé en vain, d’avoir usé notre vie pour rien ? face au mystère de Dieu, au mystère de la vie, ne sommes pas aussi désemparés et démunis que le Précurseur, dépouillés de notre propre attente ?

S’il a précédé Jésus, celui qui devait venir, Jean le Baptiste précède aussi chacun d’entre nous sur les chemins de la découverte du mystère de Jésus. Un mystère qui se creuse par-delà toutes nos attentes et nos déceptions, parce que jésus est toujours au-delà de ce que nous pourrions imaginer. Et s’il nous faut le chercher, comme jean, il nous faut aussi accepter de perdre pied face à l’insondable mystère de jésus. Accepter, comme Jean, de voir nos attentes déçues, pour pouvoir accueillir enfin, comme lui, celui qui doit venir.

Dom Guillaume JEDRZEJCZAK

Abbé du monastère du Mont-Des-Cats


Quelques repères

Concert de Noël


Intentions de prière du pape François pour décembre 2022

Pour les organisations humanitaires :

« Prions pour que les organisations et associations de promotion humaine trouvent des personnes désireuses de s’engager pour le bien commun et recherchent des modalités de collaboration toujours nouvelles au niveau international. »


Paroisse Jean XXIII
des grands causses

Maison paroissiale Saint-Jean XXIII
15, rue du Prêche,
12100 MILLAU
Tél. : 05 65 60 04 44
Mel. : paroisse-millau@wanadoo.fr
Plan

Permanences :
L’accueil est assuré à la maison paroissiale :
  • lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 12h
  • lundi, jeudi de 14h à 16h et le mardi de 16h à 18h.

Horaire des messes : hiver

A partir du 31 octobre 2022
Samedi
St Martin 17h30
Creissels 17h30 h, le 4° samedi
du mois alternativement
St Georges
Dimanche
Clarisses 9h00
St François 10h30
En semaine :
St Martin
Mardi Mercredi
Jeudi Vendredi :
18 h
Clarisses
lundi Mercredi
Jeudi Vendredi :
8 h 30
Mardi : 18 h
Horaires des permanences
Pour plus de détails, voir le dernier
agenda paroissial

Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur