Fratelli Tutti : Chapitre 5 : Extraits

jeudi 3 décembre 2020
par  Alain Desmarest

Chapitre 5 : la meilleure politique
(page 113 à 145)

Extraits

Une bonne politique est celle qui vise le bien commun et se réalise pour et avec le peuple. Le travail est important car il confère à chacun sa dignité.

162. « La grande question, c’est le travail. Ce qui est réellement populaire – parce qu’il contribue au bien du peuple –, c’est d’assurer à chacun la possibilité de faire germer les semences que Dieu a mises en lui, ses capacités, son sens d’initiative, ses forces. C’est la meilleure aide que l’on puisse apporter à un pauvre, c’est le meilleur chemin vers une existence digne. C’est pourquoi j’insiste sur le fait qu’« aider les pauvres avec de l’argent doit toujours être une solution provisoire pour affronter des urgences. Le grand objectif devrait toujours être de leur permettre d’avoir une vie digne par le travail ».[136] Les mécanismes de production ont beau changer, la politique ne peut pas renoncer à l’objectif de faire en sorte que l’organisation d’une société assure à chacun quelque moyen d’apporter sa contribution et ses efforts. En effet, « il n’existe pas pire pauvreté que celle qui prive du travail et de la dignité du travail ».[137] Dans une société réellement développée, le travail est une dimension inaliénable de la vie sociale, car il n’est pas seulement un moyen de gagner sa vie, mais aussi une voie pour l’épanouissement personnel, en vue d’établir des relations saines, de se réaliser, de partager des dons, de se sentir coresponsable de l’amélioration du monde et en définitive de vivre comme peuple ».

L’autorégulation par le marché est un leurre. Une saine politique ne doit pas de soumettre à l’économie.

168. « Le marché à lui seul ne résout pas tout, même si, une fois encore, l’on veut nous faire croire à ce dogme de foi néolibéral. Il s’agit là d’une pensée pauvre, répétitive, qui propose toujours les mêmes recettes face à tous les défis qui se présentent. Le néolibéralisme ne fait que se reproduire lui-même, en recourant aux notions magiques de “ruissellement” ou de “retombées” – sans les nommer – comme les seuls moyens de résoudre les problèmes sociaux. Il ne se rend pas compte que le prétendu ruissellement ne résorbe pas l’inégalité, qu’il est la source de nouvelles formes de violence qui menacent le tissu social. D’une part, une politique économique active visant à « promouvoir une économie qui favorise la diversité productive et la créativité entrepreneuriale » s’impose, pour qu’il soit possible d’augmenter les emplois au lieu de les réduire. La spéculation financière, qui poursuit comme objectif principal le gain facile, continue de faire des ravages. D’autre part, « sans formes internes de solidarité et de confiance réciproque, le marché ne peut pleinement remplir sa fonction économique. Aujourd’hui, c’est cette confiance qui fait défaut ». Le résultat final n’a pas correspondu aux prévisions et les recettes dogmatiques de la théorie économique dominante ont montré qu’elles n’étaient pas infaillibles. La fragilité des systèmes mondiaux face aux pandémies a mis en évidence que tout ne se résout pas avec la liberté de marché et que, outre la réhabilitation d’une politique saine qui ne soit pas soumise au diktat des finances, il faut « replacer au centre la dignité humaine et, sur ce pilier, doivent être construites les structures sociales alternatives dont nous avons besoin ».

Les droits humains fondamentaux tels que la suffisance alimentaire, l’accès au logement et aux soins sont des droits inaliénables qui doivent être garantis et défendus, par des accords internationaux, sur l’ensemble de la planète.

189. « Nous sommes encore loin d’une mondialisation des droits humains les plus fondamentaux. C’est pourquoi la politique mondiale ne peut se passer de classer l’éradication efficace de la faim parmi ses objectifs primordiaux et impérieux. En effet, « lorsque la spéculation financière conditionne le prix des aliments, en les traitant comme une marchandise quelconque, des millions de personnes souffrent et meurent de faim. De l’autre côté, on jette des tonnes de nourriture. Cela est un véritable scandale. La faim est un crime. L’alimentation est un droit inaliénable ». Souvent plongés dans des discussions sémantiques ou idéologiques, nous permettons qu’il y ait encore aujourd’hui des frères et des sœurs qui meurent de faim ou de soif, sans un toit ou sans accès aux soins de santé. Outre ces besoins élémentaires non satisfaits, la traite des personnes est une autre honte pour l’humanité, que la politique internationale ne devrait pas continuer à tolérer, au-delà des discours et des bonnes intentions. Ils constituent un minimum urgent. »

Une politique appropriée pense les objectifs à long terme et mise sur toutes les forces, y compris celles de plus pauvres ou des plus faibles

196. « D’autre part, il y a une grande noblesse dans le fait d’être capable d’initier des processus dont les fruits seront recueillis par d’autres, en mettant son espérance dans les forces secrètes du bien qui est semé. La bonne politique unit l’amour, l’espérance, la confiance dans les réserves de bien qui se trouvent dans le cœur du peuple, en dépit de tout. C’est pourquoi la vie politique authentique, qui se fonde sur le droit et sur un dialogue loyal entre les personnes, se renouvelle avec la conviction que chaque femme, chaque homme et chaque génération portent en eux une promesse qui peut libérer de nouvelles énergies relationnelles, intellectuelles, culturelles et spirituelles ».

Vos réactions

Faites-nous part de vos réactions et de vos idées. Comment recevez-vous le message et les explications délivrés par le Pape François ?
Si vous le voulez, vous pouvez envoyer vos courriers à l’adresse suivante :
Paroisse-millau@orange.fr


Quelques repères

Accueil famille


Intentions de prière du pape François pour décembre 2021

Les catéchistes :

« Prions pour les catéchistes, appelés à annoncer la Parole de Dieu : qu’ils en témoignent avec courage et créativité, dans la puissance de l’Esprit Saint. »


Paroisse Jean XXIII
des grands causses

Presbytère St Martin
15 Place Emma Calvé
12100 MILLAU
Tél. : 05 65 60 04 44
Mel. : paroisse-millau@wanadoo.fr
Plan

Permanences :
L’accueil est assuré au presbytère :
lundi, mercredi, jeudi, vendredi
de 10h à 12h.
mardi de 16h à 18h.

Horaire des messes : hiver

A partir du 30 octobre 2021
Samedi
St François 17h30
Creissels 17h30 h, le 4° samedi
du mois alternativement
St Georges
Dimanche
Clarisses 9h00
St François 10h30
En semaine :
St Martin
Mardi Mercredi
Jeudi Vendredi :
18 h
Clarisses
lundi Mercredi
Jeudi Vendredi :
8 h 30
Mardi : 18 h
Horaires des permanences et messes en semaine
Pour plus de détails, voir le dernier
agenda paroissial

Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur